Soirée autour du rapport de la CIASE

Après deux ans et demi de travaux, la Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Église (CIASE) a rendu son long rapport début octobre dans un fracas médiatique.
Rappelons que cette instance a été créée en France à l’initiative de l’Église catholique avec quatre missions : faire la lumière sur les violences sexuelles commises en son sein depuis 1950, examiner comment ces affaires ont pu être ou non traitées, évaluer les mesures déjà prises par l’Église et enfin formuler des recommandations fondamentales.

Face aux révélations de cette commission, notre paroisse a souhaité se réunir vendredi 3 décembre. Il nous a semblé très important de prendre un moment pour réfléchir collectivement et échanger ensemble sur les conclusions du rapport, ses conséquences et ses recommandations pour l’avenir de notre Eglise

 

Cette réunion s’est déroulée en 3 temps forts :

Le père Joël Chérief nous a tout d’abord exposé les grandes lignes du rapport (500 pages) en mettant en avant la place centrale accordée aux victimes des violences révélées (qu’elles soient de nature sexuelle ou de tout autre forme d’abus de pouvoir).
De personnes victimes, elles sont devenues témoins et, en ce sens, acteurs de la vérité. C’est grâce à elles que ce rapport a pu voir le jour.

Nous nous sommes ensuite réunis par petits groupes pour partager nos réactions et sentiments en tant que catholiques face à l’exposé des faits et à la réflexion que le rapport nous demande.

Afin d’engager un travail de réparation des violences commises mais également de prévention, la commission Sauvé livre 45 recommandations au large spectre allant de l’accueil et de l’écoute des victimes à la réforme du droit canonique, à la reconnaissance des infractions commises.
On y trouve également des propositions dans les domaines de la gouvernance de l’Église, de la formation des clercs, de la prévention des abus et de la prise en charge des agresseurs.

Nous avons donc, au sein de nos petits groupes, réfléchi également à des actions à mettre en place dans notre paroisse.
Les idées nées de cette réflexion commune tournent principalement autour de 4 thématiques :

  • Prise en compte des victimes :
    Former des personnes “ressource” pour recueillir la parole des victimes de violences
    Mettre en place une cellule d’écoute et afficher visiblement les coordonnées de cette cellule dans les lieux de la paroisse.
    Prévention des violences
    Former les personnes au contact régulier avec les enfants
    Mettre en place une cellule d’accueil pour les familles
    Parler de ces sujets avec les animateurs de groupes de jeunes
    Eduquer les enfants à la vigilance
    Le rapport préconise la réalisation d’une cartographie des risques. Nous avons donc évoqué la nécessité d’en réaliser une au sein de notre paroisse. (Avant tout départ en pèlerinage de jeunes par exemple, avoir lister en amont les situations qui peuvent présenter un risque de dérives et réfléchir aux solutions et actions à mettre en œuvre pour y remédier.)
  • Changements autour de la liturgie
    Avoir plus de temps de parole, d’échange et de partage en Eglise.
    Partager de temps en temps l’homélie à la messe comme cela peut se faire dans d’autres paroisses.
    Travailler la théologie du corps (en pastorale des jeunes ou préparation au mariage)
    Organiser des groupes bibliques
    Réforme de la gouvernance de l’Eglise
    Plus de démocratie, que chacun puisse représenter une voix en s’inspirant de d’autres modèles de gouvernance partagée existants (dans l’économie sociale et solidaire par exemple).
    Laisser une plus grande place aux femmes dans les instances de décisions.
    Echanger avec d’autres religions.

Cette soirée fut un beau moment d’échanges et de rencontres, à nous d’imaginer d’autres temps similaires au cours de l’année.

 

Découvrez aussi...